kitesurf

Lorsque j’explique aux gens que je pratique le kitesurf, certains haussent les sourcils ne comprenant pas, et d’autres répondent « Oui bien sûr le skyte-surf, avec le gros cerf-volant ! ». Heu oui c’est à peu près ça !
Alors voici en quelques lignes ce qu’est le kite. Pour les plus anglophones, vous aurez remarqué que le nom de ce sport vient de la contraction du mot « kite » qui veut dire cerf volant et de surf. C’est donc bien la pratique sur l’eau du surf, tracté par la seule force du vent avec un grand cerf-volant.

Origines du kitesurf :

L’idée de ce sport est née sur les plages bretonnes grâce aux deux frères Legaignoux en 1984. Mais il a fallu attendre le début des années 2000 pour voir les premières ailes de kitesurf produites en série. Très rapidement, le sport a connu un réel engouement et aujourd’hui il y a plusieurs dizaines de marques sur le marché et des milliers de pratiquants. De nombreux pratiquants de windsurf ont ainsi basculé sur ce nouveau sport.  En effet, c’est un sport qui permet des sensations exceptionnelles en relativement peu de temps ! Le kite reste cependant un sport à risque car nous sommes dépendants des conditions météo. Malgré l’apparente accessibilité, il est impératif de passer par un stage d’initiation avant d’accéder à l’autonomie. Mais pratiqué dans les bonnes conditions de vent avec le bon matériel de kitesurf, c’est tout simplement magique !

 

Comment débuter en kite ?

J’aime faire le parallèle entre le kitesurf et la pratique du ski. En effet il est possible de skier de 7 à 77ans voire même plus longtemps ! Si la pratique du kitesurf peut paraître très impressionnant lorsque l’on regarde pratiquer des riders confirmés, c’est un sport qui est accessible à tous. Les prérequis sont de savoir nager, et souvent les moniteurs demandent un poids minimum de 35kg.

Pour commencer dans les meilleures conditions il est indispensables de débuter par un stage avec un moniteur agréé. Contrairement à beaucoup d’autres sports nautiques, bien souvent, après une semaine de stage on arrive déjà à tirer ses premiers bords et à avoir les premières sensations de glisse tractée. La pratique du cerf-volant, du snowboard, du wakeboard ou du skate peut être un plus dans l’apprentissage du kite mais n’est pas nécessaire. Principalement masculins les premières années, on trouve désormais de plus en plus de femme qui pratiquent le kite. Contrairement à ce que l’on pourrait croire vu de l’extérieur, le kitesurf ne se pratique pas en force mais en douceur. Pour taquiner mes amis un peu bourrins je ne cesse de répéter que « le kite est un sport de femme » car elles sont bien souvent plus douces et précises que les hommes qui cherchent à tout faire à force de muscles !

Le matériel de kitesurf :

Pour pouvoir naviguer en kite, il faut du matériel adapté. Après son stage on a envie de s’équiper et deux solutions existent : acheter neuf dans un shop ou sur le marché de l’occasion. Pour débuter, un pack d’occasion pourra très bien faire l’affaire mais attention car le matériel n’est pas garanti contrairement au neuf. Si vous optez pour de l’occaz, ne pas prendre de matériel qui a plus de 5ans me semble judicieux. En effet le kite est un sport jeune, qui a énormément évolué ces 15 dernières années. Et débuter avec une aile de 2005 peut paraître une bonne aubaine car très bon marché, mais en réalité ce serait très dangereux car elle ne respecte plus du tout les normes de sécurité actuelles.

L’aile :

Choisir son aile : Il existe plusieurs types d’ailes de kite (aile à boudin, aile à caisson) et les modèles sont très variés en fonction de ce que l’on veut faire. Il y a des ailes particulièrement destinées à l’apprentissage, et d’autres plutôt orientées vers la performance (freestyle, race, big air, etc).

Le principe reste cependant le même : à l’aide d’une barre qui relie le kite par des lignes d’environ 20 à 25m, le rider va pouvoir piloter son aile pour générer de la traction et ainsi sortir de l’eau. Il existe des ailes de toutes tailles pour pouvoir s’adapter aux conditions de vent, et au poids du rider. Généralement si on veut couvrir toutes les plages de vent il est bon d’avoir 2 ou 3 ailes de tailles différentes. Dans mon cas, pour un poids de 72kg j’ai 3 ailes : 7m/9m/12m.

Pour plus d’informations sur les différents types d’ailes, tu peux consulter notre article « comment choisir son aile de kite ? ».

La planche de kitesurf :

Là encore, il existe plusieurs types de planches en fonction de son niveau et de sa pratique. La planche la plus répandue et la plus polyvalente est le twin tip. Comme un skateboard elle a la particularité d’être symétrique, permettant au rider de naviguer dans un sens ou dans l’autre de la même manière. Cette planche est équipée de straps pour pouvoir y glisser les pieds, d’une poignée, et de quatre ailerons à chaque coin. Ces ailerons permettent de maintenir une bonne accroche dans l’eau et de remonter au vent.

Il existe aussi d’autres types de planches que les twintip : les surfs spécifiques pour ceux qui aiment surfer les vagues avec un kite. Et plus récemment, les foils ont aussi fait leur apparition. (Voir notre article sur le foil)

Le harnais :

C’est ce qui te permet de naviguer plusieurs heures d’affilé sans problème ! Tenir la barre à bout de bras ne serait en effet pas possible très longtemps musculairement parlant. Le harnais  ceinture ou harnais culotte, te permet de te solidariser avec la barre, pour que la puissance de l’aile soit répartie dans tout ton corps.

Matériel de protection :

Même s’il est tout à fait possible de naviguer simplement en boardshort, il est tout de même conseillé de se protéger un minimum quand on pratique le kitesurf voici une liste du matériel de protection à disposition :

-Une combinaison néoprène adaptée à la température de l’eau
-Un casque
-Un gilet de flotaison
-Des chaussons néoprène si l’eau est froide ou pour se protéger les pieds (coquillages, rochers, corail)
-De la crème solaire

Les différentes disciplines du kitesurf :

Au sein de la discipline il existe une multitude de pratiques différentes et complémentaires :

Le freeride : C’est la version la plus connue du kitesurf, celle pratiquée dans l’eau avec un twintip à tirer des bords et à faire des sauts pour ceux qui maîtrisent.

Le surf : pratiqué avec une planche directionnelle similaire à un surf classique mais renforcé pour résister aux contraintes du kite. Le but est de venir se positionner grâce au kite sur la vague pour ensuite surfer la vague comme un surfer classique. Le gros avantage c’est qu’avec un kite on est beaucoup plus rapide qu’à la rame en surf. On peut donc attraper plusieurs vagues en 1 min lorsqu’en surf il faut parfois attendre 15min avant de partir sur la bonne vague !

Le Big Air : sans aucun doute la plus spectaculaire de toutes ! Comme son nom l’indique, le but est de monter le plus haut possible dans des conditions de vent réservées aux plus aguerris. Chaque année, le King Of The Air est la compétition la plus attendue. Elle a lieu à Cape Town en Afrique du Sud et ne démarre que lorsque le vent annoncé dépasse les 35 nœuds (70km/h de vent).

Grâce au capteur WOO ou PIQ placé sur la planche, il est désormais possible de connaître la hauteur de ses sauts. Ainsi, les meilleurs mondiaux sautent à plus de 30m ! (Soit l’équivalent d’un immeuble de 10 étages…)

Le freestyle : c’est une discipline très technique consistant à enchainer des figures, un peu comme en ski acrobatique ou en patinage artistique. Les conditions optimales pour le freestyle sont un plan d’eau plat avec un vent laminaire. Les compétitions de kitesurf freestyle se déroulent aux quatre coins de la planète et chaque compétiteur est noté par des juges selon des critères très précis.

Le foil : qui n’a jamais rêvé de voler ? Le foil t’offre cette possibilité ! En plaçant un mat et des ailes porteuses sous la planche, on arrive à décoller en dehors de l’eau pour une glisse toute en douceur et en silence. Le foil permet de naviguer dans des conditions de vent très faibles inférieures à 10 nœuds (20km/h) car les frottements sont bien plus faibles qu’avec une planche classique. Le kitefoil s’est démocratisé il y a environ 5 ans. Initialement réservé à une élite car très exigeant techniquement et très dangereux, avec l’évolution du matériel c’est désormais une pratique accessible à n’importe quel kitesurfeur avec un niveau correct. Pour plus de détails tu peux consulter notre article dédié au foil.

La race : Il s’agit ici de boucler un parcours matérialisé par des bouées le plus rapidement possible. Plusieurs manches sont lancées et le vainqueur est celui qui a pris la meilleure place au cumul des manches. C’est un format très proche des régates en windsurf ou à la voile.

Mais le kite ne se pratique pas seulement sur l’eau :

Le landkite : Il est tout à fait possible de se faire tracter par un kite en restant sur la terre ferme, en roulant avec un buggy ou un mountainboard. La plupart du temps on utilise une aile à caisson car contrairement aux ailes marines à boudin, il n’est pas nécessaire qu’elle flotte. Il y a des compétitions de freestyle et aussi des courses en buggy et en mountainboard. La pratique du landkite est très complémentaire du kitesurf, pour se perfectionner dans le maniement de l’aile sans avoir besoin de rechercher absolument à flotter, c’est aussi idéal l’hiver pour tous les frileux. Mais l’hiver c’est surtout la saison idéale pour…

Le snowkite : pratiqué avec un snowboard ou des skis, c’est sans doute la version la plus facile de toutes les disciplines du kite. En effet il est possible de glisser sur la neige avec très peu de vent, et donc une toute petite aile peut suffire. Par comparaison en kitesurf généralement la taille la plus utilisée est la 9m, lorsque pour le même poids un rider peut faire toute sa saison de snowkite avec une 4 ou 5m. En termes de compétition, de même que pour le kitesurf et le landkite, on retrouve à nouveau une orientation freestyle de la pratique et une autre typée « race ». 

Mais la magie du snowkite c’est la liberté quasi absolue. En effet, s’il y a du vent, tu peux aller explorer et atteindre des spots où aucune remontée mécanique n’est présente, car tu as avec ton toi « tire-fesse ». La spécificité du snowkite par rapport au kitesurf, c’est qu’il offre aussi la possibilité de jouer avec les reliefs, de remonter les pentes tracté par l’aile, et de redescendre en vol de pente. Cette pratique en montagne est malgré tout à risque, et nécessite de se renseigner impérativement auprès des locaux et professionnels de la montagne car le risque d’avalanche peut être important.

Tu l’auras compris, le kite est un univers très vaste ou chacun peut trouver son bonheur. Avide de sensations fortes et de décharge d’adrénaline ? Le kite est fait pour toi. Envie de calme, de sérénité, de communion avec les éléments ? Le kite est aussi fait pour toi !

N’hésite pas à nous contacter pour plus d’infos, et à très bientôt au shop ou sur le spot !


T_HOTMER